Close
Lexus GS 450h

Les deux spécialités de Lexus sont les berlines et les hybrides. Pour le premier essai d’un modèle de la marque premium du groupe Toyota sur Decrypt’Auto, on ne pouvait donc pas mieux tomber avec la Lexus GS 450h dans sa version fraîchement restylée. Cette grande routière, concurrente des Audi A6, BMW Série 5 et Mercedes Classe E, constitue le modèle le plus grand et le plus luxueux de Lexus après la limousine LS.

Essai Lexus GS 450h restylée : Lexus, quésaquo ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, prenons justement le temps de parler brièvement de la LS. Car si ce modèle a un peu perdu de son aura avec l’élargissement de la gamme, il est celui qui a propulsé Lexus sur la scène premium avec sa toute première génération, née comme la marque en 1989. L’objectif de cette auto était de surpasser ses concurrentes, allemandes notamment, dans tous les domaines. Confort, performances, efficience (tout est relatif concernant ce point quand on embarque un V8 4.0 litres) : la Lexus LS s’imposait dans tous ces critères selon la presse.

Lexus LS 1989

Mais depuis, la concurrence a comblé cet écart et la LS actuelle (la 4e génération) fait figure de dinosaure parmi la catégorie avec sa conception datant de 2007. Le renouvellement de la limousine interviendra l’année prochaine toutefois, et il apportera une motorisation hydrogène. Autant dire qu’avec la future Volkswagen Phaeton 100% électrique, les motorisations zéro émission sont sur le point de faire une percée remarquée chez les limousines.

La GS en est aussi à sa 4e génération, mais celle-ci a été lancée en 2012. Il est donc normal qu’elle reçoive un restylage de mi-carrière, me direz-vous. Oui mais le problème, c’est qu’un grand ménage est en marche sur le segment : Mercedes vient de lancer sa nouvelle Classe E très technophile tandis que BMW et Audi s’apprêtent à lui emboîter le pas l’année prochaine avec des futures Série 5 et A6 que l’on imaginent au moins aussi innovantes. Et pour couronner le tout, toutes les trois auront droit à des motorisations hybrides rechargeables. Le combat s’annonce donc des plus rudes pour la Lexus GS 450h …

Lexus GS 450h

Essai Lexus GS 450h restylée : tenue de samouraï

Mais comment la nippone pourra-t-elle alors tirer son épingle du jeu ? Peut-être par son exotisme, et la Lexus GS 450h en a à revendre. D’autant plus que ce restylage vient exacerber un style déjà très original. Il apporte ainsi les optiques avant doubles et la calandre en forme de diabolo typique des derniers modèles de la marque. La poupe reçoit pour sa part des feux au graphisme complètement revu, à la limite du tuning si vous voulez mon avis. De quoi combler les huiles qui veulent se démarquer sur le parking de leur boîte !

Lexus GS 450h

Dans l’habitacle, la Lexus GS 450h restylée se fait plus cossue et élégante grâce à de nouveaux habillages et inserts. On note l’apparition d’un volant redessiné et surtout d’un système d’info-divertissement avec écran tactile 12,3 pouces. Mais ce dernier n’est pas vraiment pratique à utiliser, la faute à un joystick (qui se manipule comme un pavé tactile) dont les mouvements se montrent imprécis. Parmi les bémols, impossible de ne pas évoquer l’aspect vieillot des buses d’aération et des différents boutons, y compris ceux du panneau multifonction de l’accoudoir arrière, équipement exclusif à la finition haute Executive et qui donne l’impression d’être dans une vraie limousine. Pénalisée par la présence de batteries dans le coffre, l’habitabilité n’est pas non plus le point fort de la Lexus GS 450h. L’espace aux jambes à l’arrière est effectivement à peine plus grand qu’une berline 100% thermique du segment inférieur. En contrepartie, le coffre reste honorable pour une routière hybride avec un volume de chargement de 450 litres. Cela peut paraître peu mais à titre de comparaison, la BMW Série 5 ActiveHybrid revendiquait 375 litres.

Lexus GS 450h intérieur

Essai Lexus GS 450h restylée : luxe, calme et frugalité

Sur la route, l’habitacle révèle une qualité indéniable, et pas des moindres aux yeux de la clientèle de ce genre d’autos : son insonorisation magistrale. En plus de ne pas laisser entrer un seul bruit d’air ni même de roulement, elle ferait presque oublier la présence sous le capot d’un « gros » V6 3.5 litres atmosphérique. Comme le 4-cylindres d’une Prius, ce bloc adopte un cycle Atkinson plus efficient mais également moins propice aux performances. La puissance comme le couple se montrent malgré tout très honnêtes avec respectivement 292 ch et 352 Nm. De son côté, le moteur électrique développe l’équivalent de 200 ch mais la puissance combinée du système est annoncée à 345 ch. En résulte des performances loin d’être ridicules : 5,9 secondes pour effectuer le 0 à 100 km/h et 250 km/h en vitesse de pointe. Côté consommation, Lexus annonce 5,9 l/100 km soit 137 g de CO2/km, ce qui entraîne un malus écologique de 250 euros. Durant notre essai, la moyenne tournait plutôt autour des 9 l/100 km, ce qui reste acceptable pour une grande berline de 345 ch.

lexus gs 450h

À l’usage, la Lexus GS 450h ne cherche pas à délivrer des sensations fortes à son conducteur et évolue tout en douceur. La suspension adopte la même philosophie et offre un confort royal. Mais à être trop moelleuse, la routière se laisse parfois aller à quelques faibles prises de roulis, et ce aussi bien en mode Eco, Normal ou Sport S (oui oui, Sport S…). Selon les versions, la Lexus GS 450h se dote d’une suspension adaptative qui s’accompagne d’un mode Sport S+. Mais ne vous attendez pas à un comportement agressif dans ce mode car bien que Lexus revendique une fermeté de l’amortissement en hausse, il est bien difficile de percevoir les modifications apportées à ce niveau. En revanche, la direction devient autrement consistante, voire même un peu trop.

Lexus GS 450h

Essai Lexus GS 450h : le bilan

Loin d’être sportive malgré ses 345 ch, la Lexus GS 450h n’est cependant pas monotone pour un sou. Si l’on peut regretter une présentation intérieure légèrement datée, le confort et l’insonorisation sont en revanche dignes des meilleures voitures de la catégorie. Mais reste à savoir si elle saura conquérir les amateurs du segment face à une concurrence vraiment à la page. Dans tous les cas, cette version restylée est de bon augure pour la nouvelle génération de GS à venir.

essai lexus gs 450h

© Decrypt’Auto

 

comments (1)

comments (1)

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>