essai Mazda MX5

Se rendre sur le circuit Bugatti des 24h du Mans est toujours un moment agréable mais il l’est encore plus quand durant 1 journée nous sommes en immersion complète dans les paddocks de l’équipe Sébastien Loeb Racing.

Pour rappel, nous étions le 10 septembre dernier et il s’y déroulait sur le mythique circuit des 24h du Mans la compétition de la Porsche Carrera Cup. Et quoi de plus agréable encore que de choisir son destrier pour s’y rendre ! Ce sera pour moi, l’excellent petit roadster Mazda MX-5 dans sa finition Dynamique en version 130 ch.

7h30 – Saint Germain en Laye 

C’est parti pour 2h30 de trajet exclusivement fait d’autoroute mais quelques escapades seront prévues pour profiter pleinement du Mazda MX-5 et prendre une bonne dose de plaisir de conduite. Avant le départ, place au chargement ! Avec un appareil photo et un sac à dos, le coffre de 146 litres de ce Mazda MX-5 me suffira amplement. Après tout ce n’est pas une familiale (même si j’en ai croisé avec un siège auto à l’avant !), le coffre est correct pour caser une valise le temps d’un week-end à Deauville. Une fois calé dans le Mazda MX-5, il nous tarde de mettre le contact.

essai Mazda MX5

Le moteur s’éveille dans un son rauque, le ton de la journée est donné ! Dès les premiers tours de roues, on reconnait de suite l’ADN du MX-5. Typé dynamique, le comportement ferme tout comme sa boite de vitesse nous rappelle que ne nous sommes pas une voiture ordinaire. Très joueur, le MX-5 monte vite dans les tours et les vitesses s’enchaînent avec aisance, même si la version 160 ch est la motorisation qui lui va clairement le mieux !

7h45 – Quelque part sur la N10

On profite des arrêts aux feux rouges pour admirer le cockpit du Mazda MX-5. Rien à redire sur le design de cette planche de bord, épurée, moderne et sportive. On ne s’attardera pas sur la finition qui est correcte mais avec des plastiques trop durs à mon goût ! Par contre, il ne faut pas être claustrophobe ni être un grand gabarit, sinon les trajets ne vous seront pas agréables.

essai Mazda MX5

On inspecte aussi le système multimédia Mazda MZD Connect qui est bien pensé, réactif et la molette située entre les deux sièges tombe bien sous la main, top ! En vitesse stabilisée à 70 km/h ou 90 km/h, le Mazda MX-5 se montre plutôt confortable et même polyvalent à vrai dire. Par contre rien à faire, dès que la possibilité de doubler nous est permis, on tape dans l’accélération, quel régal !

8h00 – Entre Rambouillet et Chartres

Bon allez, on a envie de s’amuser un peu avec ce Mazda MX-5 ! On quitte la rectiligne N10 pour prendre les routes de campagnes entre Rambouillet et Chartres. Très agile le Mazda MX-5 enroule les virages en toute sécurité et les dénivelés ne sont pas un problème. Le son rauque est toujours un régal et on souhaite que le trajet dur le plus longtemps possible. D’autant plus que ce petit Mazda MX-5 sait se montrer raisonnable sur la boisson, à ce moment-là je n’étais qu’à une consommation moyenne de 6,1 L/100 km. Bon ce n’est pas tout mais je vais finir par être en retard ! On rattrape l’autoroute à Chartres – direction Le Mans avec ces 120 km qui nous séparent de notre rendez-vous !

8h30 – Sur l’A11 en direction du Mans

On prend le ticket du péage et là, moment de plaisir, on écrase la pédale pour atteindre les 130 km/h de limitation autorisée, vivement la prochaine section de péage.  Avec sa puissance de 130 ch, le Mazda MX-5 est parfaitement à l’aise sur les autoroutes pour maintenir vitesse constante et doubler. Appréciable le Mazda MX-5 a de la reprise et ce même à bas régime, il repart aussitôt dès l’accélérateur sollicité. Par contre à 130 km/h, oubliez toute notion de discussion avec votre passager. Ce seront plutôt le moteur, les bruits de roulement ou encore bruits d’air qui vous feront la discussion. Et sur un trajet de près d’1h30, c’est long pour vos oreilles !

10h00 – Circuit des 24h du Mans me voilà 

Ça y est le niveau sonore a diminué et nous arrivons à notre rendez-vous. Le temps pour moi de garer mon destrier et de le laisser se reposer quelques heures. Je reprends mes affaires et voilà que déjà des personnes curieuses viennent jeter un coup d’œil à mon Mazda MX-5. C’est vrai qu’il a un sérieux capital sympathie et qu’il fait tourner les têtes, on ne s’en plaindra pas ! Direction l’accueil pour récupérer mon pass et me voici à l’intérieur du circuit des 24h du Mans. Je me dirige de suite vers les paddocks de la team Sébastien Loeb Racing.

11h00 – Visite des paddocks

C’est parti pour 1 heure de cours quasi individuel sur le fonctionnement d’une équipe comme la team Sébastien Loeb Racing. En compagnie des ingénieurs et des pilotes, on se rend vite compte du professionnalisme de cette équipe alors qu’elle n’est âgée que de 5 ans. A l’intérieur l’organisation est millimétrée et l’ambiance quasi chirurgicale. Que ce soit les voitures ou les pilotes, ils ont tous le droit d’être choyés pour offrir le meilleur de leur performance.

essai Mazda MX5

Ce jour-là, nous étions en compagnie de 4 Porsche 911 GT3 Cup, celles des quatre pilotes de la team : Florian Latorre, Joffrey De Narda, Christophe Lapierre et Roar Lindland. Chacun des pilotes concourent dans une catégorie différente. Les pilotes A : Florian Latorre et Joffrey De Narda sont des jeunes pilotes en devenir. Pour eux, le challenge est important puisque des bons résultats leur permettent de décrocher des financements pour courir les futures saisons en tant que pilotes professionnels. Tandis que Christophe Lapierre et Roar Lindland, nommés les “Gentlemen” sont des pilotes B confirmés mais passionnés avant tout. 

12h00 – Rencontre avec Joffrey De Narda, pilote en devenir

Chacune des Porsche a le droit à son équipe d’expert avec 1 mécanicien, 1 ingénieur technique, 1 ingénieur data et des techniciens affectés aux pneumatiques. Si les Porsche sont bichonnées, les pilotes ne sont pas en reste. Une équipe dédiée conseille les pilotes de la team sur les conditions de courses, sur les chronos, …

essai Mazda MX5

J’ai eu l’occasion d’échanger avec Joffrey De Narda, un jeune pilote de 21 ans en devenir. Pour lui, le sport auto a commencé dès l’âge de 12 ans. A 15 ans, il devient le champion de France de Formule E. Le sport auto coule dans ses veines et l’enjeu très important pour lui. 

14h00 – C’est parti pour la course !

Les séances de qualification sont des moments cruciaux pour les pilotes et les équipes techniques. C’est là que tous les choix fait au préalable doivent se montrer payants. Les voitures ont été préparées minutieusement juste avant la course. J’ai vu les ingénieurs s’activer autour des Porsche en contrôlant la géométrie des trains roulant, en faisant le plein de carburant, en réglant la hauteur de la caisse dans l’objectif de gagner de précieux dixième de secondes.

essai Mazda MX5

Les voitures s’élancent et le bruit devient vite prenant. Les tours s’enchaînent à une vitesse digne et les retours au stand plutôt maîtrisés. Une team professionnelle drivée par la passion du sport automobile. Et cette passion est payante puisqu’à l’issue de cette compétition de la Porsche Carrera Cup au circuit Bugatti du Mans, les résultats sont là ! Les 4 pilotes ont offert à leur équipe trois podiums au classement général et également deux victoires dans le classement “Gentlemen” la première sous forme de doublé.

18h00 – L’heure du retour

Après une journée riche en découverte il est temps de repartir direction la région parisienne. Ah quel plaisir de retrouver ce petit Mazda MX-5. Il me parait quasi familier maintenant. Allez contact mis, je programme le GPS direction Saint-Germain-En-Laye. Après une journée passée en compagnie de véritables pilotes, on se sent très joueur au volant de ce Mazda MX-5. Et tant mieux car ce petit roadster est joueur aussi. On profite de ces derniers kilomètres à son volant car il va falloir rendre les clés bientôt, sniff !

21h00 – Arrivée à bon port 

La journée a été longue mais se fût un réel plaisir de partir à la rencontre de la team Sébastien Loeb Racing en compagnie de ce Mazda MX-5. Pour résumer mon voyage au volant de ce roadster, je dirai qu’il est une invitation aux escapades sportives. Ludique et performant, le Mazda MX-5 régalera les amateurs de conduite sportive et ceux qui souhaitent flâner à son volant cheveux au vent. Un bien bel essai et j’en suis sûr ma route croisera de nouveau ce Mazda MX-5, très attachant !

essai Mazda MX5

Merci aux équipes Mazda France pour le prêt de ce Mazda MX-5 et à la team Sébastien Loeb Racing pour leur accueil.

Photo Gallery

© Decrypt’Auto

 

comments (0)

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>